UNE VISITE INOPPORTUNE

de CopI

La Visite inopportune est une joyeuse débauche. Célébrant la mort de son propre auteur. Copi en effet a écrit cette pièce atteint alors du sida et sachant qu'il allait mourir. Bien loin de nous faire pleurer sur son sort, il écrit une pièce de vie et de joie. Quelle élégance mélée à la plus grande trivialité! Il s'agit d'un malade qui reçoit ceux qui l'ont aimé, ou qui l'ont cru. Autour de ce simulacre drôle, drôle à en pleurer?, on retrouve tout l'univers de Copi, celui de l'extravagance, de l'amour profond du théâtre et donc de la vie. Ce qu'il nous dit ici, c'est bien ça: croyez vous que la vie est plus forte que le théâtre?

Monter Copi aujourd'hui, et plus encore La Visite Inopportune, c'est avoir envie de redonner à nos contemporains la grande conscience que la mort existe et qu'elle n'est pas triste, qu'elle est propre à la vie (de chacun d'entre nous). Contrairement à tout ce qu'on nous fait croire. C'est à dire cette négation de la mort ambiante et qui sert les intérêts que nous savons. L'Art de Copi c'est celui de nous rendre vivants, même lorsque nous sommes morts! Et de continuer de croire avec lui que le théâtre est plus fort que la vie.

Mise en scène Stéphane Auvray-Nauroy - assisté de Alexandre Singer.

Avec Michèle Harfaut, Julien Kosellek, Mathieu Mullier-Griffiths, Florian Pautasso, Eram Sobhani, Olivier Tchang Tchong.

Scénographie de Sacha Mitroffanof et Xavier Hollebecq.

Régie son/lumière par Xavier Hollebecq.