LÉONCE ET LÉNA

DE GEORG BÜCHNER

Büchner est depuis longtemps contraint à l’exil, lui qui participait aux mouvements révolutionnaires de son époque. C’est peut-être en signe d’apaisement qu’il rédige cette comédie inoffensive. Où trouver dans cette histoire le moindre signe de contestation ?

Un jeune prince s'enfuit pour échapper au mariage que son père lui impose, mais ô coïncidence, il rencontre dans une auberge une jeune femme dont il tombe amoureux et qui n’est autre que sa promise. La volonté du roi va s’accomplir comme il se doit !

Sous cette trame comique si limpide, se dessinent pourtant toutes les aspirations, toutes les révoltes, toutes les désillusions que Büchner doit passer sous silence pour s’en tenir à la censure. Et de partout affleurent non seulement ses visions politiques et sociales, mais les milles rêves de théâtre, les mille rêves scéniques qui font la véritable chair de ce texte.

Allant du conte à la luxure, du tragique au grotesque, du sadique à l’onirique, il nous invite sous le manteau des conventions à une longue errance théâtrale qui témoigne tout en même temps de son enfermement et de son aspiration à autre chose.

Quel théâtre imaginer, quel théâtre proposer pour nourrir en secret le goût de la contestation ? Endosser pour cela le masque de la convention, c’est peut-être dénoncer en profondeur l’ordre social et politique que certaines formes théâtrales cautionnent sans le dire.

"Ma tête est une salle de danse abandonnée, quelques roses fanées et des rubans froissés au sol, des violons éventrés dans un coin, les derniers danseurs ont enlevé leurs masques et me contemplent avec des yeux morts d'épuisement..."
Spectacle mis en scène par Eram Sobhani.

Création musicale par Yuta Masuda.

Avec Stéphane Auvray-Nauroy, Olav Benestvedt, Laura Clauzel, Michèle Harfaut, Julien Kosellek, Edouard Liotard, Yuta Masuda, Sophie Mourousi, David Palatino (Romain Darrieu et Cédric Orain pour la première exploitation)

Lumières Xavier Hollebecq,

Maquillages Isabelle Vernus,

Masques Stéphane Zbylut.

Création en juillet 2012 au Théâtre de L'étoile du nord, dans le cadre du festival ON n'arrête pas le théâtre. Reprise du 4 mars au 22 mars 2014 au Théâtre de L'étoile du nord.